Interview avec Hela Atmani (Palm) et Jeanne Cluset (Kima Ventures)

En mars dernier, Palm, la plateforme de gestion des compétences et de carrière basée sur l’Intelligence Artificielle, levait 2 millions d’euros. Cette levée s’est effectuée auprès de business angels et de fonds renommés tels que Kima Ventures, Station F, le programme 212 founders by CDG Invest ou encore BPI France. Rencontre avec la talentueuse Hela Atmani, co-fondatrice de Palm et Jeanne Cluset, VC chez Kima Ventures.

Merci à toutes les deux de nous accorder du temps. Pouvez-vous commencer par nous en dire un peu plus sur Palm ? Quel problème cela vient-il résoudre ?

Chez Palm, on s’attaque au problème de fidélisation des talents. En effet, dans près de 50% des cas, les collaborateur·trices partent par manque de visibilité sur les possibilités de développement au sein de leur organisation. Pour pallier ce besoin, notre solution agrège et analyse la data RH et permet de cartographier les compétences des salarié·es, d’identifier les éventuels départs et ensuite de proposer aux RH des parcours personnalisés pour chacun·e. Palm est avant tout une solution collaborative : pour les RH afin de leur libérer du temps mais aussi pour les managers et les collaborateur·trices car le logiciel leur permet de mieux se connaître, de prendre conscience de leurs compétences et du poste qu’il·elles pourraient viser. Actuellement, ce sont plus de 40 000 personnes qui utilisent Palm dans des entreprises de toutes tailles et secteurs différents. Palm est l’unique solution en Europe capable de construire et proposer des parcours de carrière personnalisés et dynamiques.” débute Hela Atmani.

Palm s’attaque à un problème de fonds, la gestion des talents. En ligne de mire, la définition d’un plan carrière dépend d’un grand nombre de variables, il doit être contextualisé et personnalisé, et son suivi est tout aussi important. C’est un enjeu complexe, mais qui in fine est un puissant vecteur d’alignement entre les entreprises et leurs salarié·es ! L’épanouissement et la performance individuelle sont au service de la réussite collective d’une organisation, et un levier non négligable quand on parle de rétention de talents” complète Jeanne Cluset.

Hela, pourquoi avoir voulu lever auprès de Kima Ventures ? Et Jeanne pourquoi avoir voulu soutenir Palm en tant que fonds ?

Chaque fonds auprès duquel nous avons levé a été réfléchi soigneusement. Dans le cas de Kima Ventures, en plus d’être un fonds très actif (de par son modèle) dégageant une image positive, j’ai adoré nos échanges. J’ai vite senti qu’il·elles avaient compris l’importance de ce que l’on faisait et que cela répondait au besoin du secteur RH de se réinventer” raconte Hela.

Côté “fit humain” le constat est le même du côté de Jeanne : “J’ai beaucoup apprécié l’ambition dégagée par l’équipe mais aussi leur côté pragmatique. En tant qu’investisseur·es, on cherche des fondateur·trices qui sont profondement habités par leur sujet et qui comprennent des choses que les autres n’ont pas compris. Et c’est ce que j’ai retrouvé dans l’équipe de Palm. Hela ne lâche rien. En plus, je suis convaincue que les équipes fondatrices mixtes amènent de la performance sur le long terme.

« L’autre point fondamental qui nous a convaincu est leur approche. L’écosystème d’outils RH est principalement représenté par des outils très verticalisés, qui fonctionnent en silos. Palm permet de faire communiquer la data de ces outils experts, d’apporter du contexte et de débloquer de nouveaux cas d’usage plus sophistiqués” poursuit-elle.

Quel va être le but de cette levée de fonds ? Et plus globalement quels sont les prochains objectifs et enjeux de Palm dans les années à venir ?

Pour accélérer nos actions, nous souhaitons d’abord continuer à nous développer sur la partie commerciale en recrutant des talents. Ensuite, nous voulons continuer à innover sur le produit. Enfin, nous ambitionnons de devenir le leader européen en termes de plateforme de gestion des compétences et de carrière basée sur l’IA” répond Hela avec beaucoup d’enthousiasme.

Comme Hela le souligne, il y a des enjeux commerciaux et de développement du produit. Il y a déjà de très belles organisations qui ont signé (comme Payfit, l’ESSEC, la Commission Européenne) et l’objectif des prochains mois est de muscler la force commerciale pour poursuivre les déploiements. Ils permettront aussi à l’équipe d’itérer plus rapidement sur le produit et de proposer la solution de gestion des compétences et de carrière la plus complète possible. J’espère que bon nombre d’organisations et de talents y auront accès, pour des fondations plus solides et de meilleures perspectives !” ajoute Jeanne Cluset.

Un dernier conseil pour la route pour celles et ceux qui sont en plein processus de levée ?

Comme toujours dans l’entrepeneuriat, il faut être résilient·e et faire preuve de persévérance. Si vous êtes en Seed comme c’était notre cas, on ne va pas forcément venir vous chercher. N’hésitez pas à y aller vraiment à fond avec beaucoup de panache, d’énergie et d’ambition. De mon côté, j’essayais de me projeter au maximum dans la “checklist” des investisseur·es et j’ai fait très attention au recrutement autour de moi pour les rassurer. Vous entourer et être coaché·e sont également de vrais plus ! Sur ce point, l’accompagnement SISTA a été d’une grande aide : à la fois sur la préparation du roadshow mais aussi sur les conseils partagées par les autres entrepreneures et par les investisseurs qui ont signé la charte” conclut Hela Atmani. 

Pour aller plus loin : 

Découvrez les conseils d’autres entrepreneur·es en cliquant ici ainsi que d’investisseur·es en cliquant là pour réussir une levée de fonds !